Home Activités paysanne Sud-kivu: la société civile en Sit-in au Station de l’IITA pour dénoncer la négligence et méfiance dont la population de kabare est victime
août 3, 2020

Sud-kivu: la société civile en Sit-in au Station de l’IITA pour dénoncer la négligence et méfiance dont la population de kabare est victime

Les organisations humanitaires se veulent être des solutions aux problèmes que font faces les communautés locales tandis que sur le terrain l’on observe qu’elles sont  moins réalistes. Pendant que les initiatives locales de développement du groupement de Mudaka souffrent d’un manque d’assistance de la part des organisations œuvrant dans la dite contrée,  certains gestionnaires de l’Institut International pour l’agriculture tropicale (IITA) se font le luxe de la bureaucratie.

Ce lundi 03/07/2020,la rédaction pamojardcongo.net est allé au siège de l’IITA où un sit-in de la société civile de kabare était organisé pour dénoncr les actes de méfiance, négligence et de non considération de la main d’œuvre locale dont manifestent les gestionnaires de l’IITA à l’égard de la population de Mudaka où siège cette organisation.

Emmanuel Bengehya ,président de la société civile du territoire de Kabare estime que la non prise en compte de la main d’œuvre locale, la méfiance et le tribalisme qui caractérise certains gestionnaires de l’IITA à l’égard de la population de Mudaka seraient la principale cause de l’ineffectivité de son action dans le territoire de Kabare.

« Nous demandons aux responsables de l’IITA de prendre en compte la population de Mudaka en particulier et celle du territoire de Kabare en général dans le recrutement de la main d’œuvre. Ainsi nous leur demandons :
-D’engager la main d’œuvre locale au taux de 50% de représentation du personnel de l’iita,
-D’accompagner par financement, crédit et subvention des initiatives locales de développement dans le territoire de Kabare en général et dans le groupement Mudaka en particulier,
-D’octroyer les bourses d’études aux jeunes du groupement où leur station est installé afin que la population de Mudaka bénéficie tant soit peu du laboratoire de l’iita implanté dans leur milieu
-de vulgariser les résultats de recherche qui se font à l’iita pour que la population comprenne le bien-fondé de cette institution,
-de construire une école d’application agricole à Mudaka pour appuyer les paysans ,
-d’annuler le critère d’exclusivité selon lequel, pour être engagé à l’iita il faut avoir une année d’expérience professionnelle. »

Pinsi peut-on lire sur leurs messages affichés : <Non à l’importation de la main d’œuvre, non à la tribalisation de l’iita. Les jeunes de Mudaka et du territoire de Kabare ont besoin aussi de l’emploi>

Signalons que la même action s’est déroulée l’autre fois à Katana où les jeunes du milieu ont fait un sit-in au bureau de Mercy corps pour décrier cette situation.

Jeannette Namwezi.