Home Idées et littérature LE PROFIL DU LEADER POLITIQUE DONT NOTRE PAYS A BESOIN
septembre 7, 2020

LE PROFIL DU LEADER POLITIQUE DONT NOTRE PAYS A BESOIN

ARSENE

Pour construire cette société fondée sur la participation responsable, l’égalité et le respect de l’homme, la liberté fruit de la vérité pour faire le bien, la justice qui donne la paix durable, il nous faut des conducteurs, des meneurs d’hommes, c’est-à-dire des leaders, qui sont moralement valables et aptes à une telle responsabilité.

A ce stade, je vous propose deux textes qui font réfléchir sur le profil des leaders politiques dont nous avons besoin. Le premier est tiré de la Bible, au livre de l’Exode (Ex. 18, 19-23). Il s’agit du conseil que Jethro donne à son beau-fils Moise qui se comportait en autocrate avéré :

« Maintenant écoute le conseil que je vais te donner pour que Dieu soit avec toi. Tiens-toi à la place du peuple devant Dieu, et introduis-toi-même leurs causes auprès de Dieu. Instruits-les des décrets et des lois, fais-leur connaitre la voie à suivre et la conduite à tenir. Mais choisis-toi parmi tout le peuple des hommes capables, craignant Dieu, surs, incorruptibles et établis-les sur eux comme chefs de milliers, chefs de centaines, chefs de cinquantaines et chefs de dizaines. Ils jugeront le peuple en tout temps. Toute affaire importante, ils te la déféreront et toute affaire mineure, ils la jugeront eux-mêmes. Allège ainsi ta charge et qu’ils la portent avec toi. Si tu fais cela et que Dieu te l’ordonne tu pourras tenir et tout ce peuple de son coté, pourra rentrer en paix chez lui »

Bible, au livre de l’Exode (Ex. 18, 19-23)

Les critères de choix des dirigeants ou leaders politiques que nous retrouvons dans ce texte constituent aussi le profil de ces derniers. Il s’agit d’abord d’hommes capables c’est-à-dire intelligeant et compétents. Il ne s’agit donc pas seulement des hommes qui ont des diplômes universitaires mais des hommes qui ont la science et la conscience, la connaissance et la compétence.

Ensuite, il s’agit des hommes craignant Dieu c’est-à-dire qui se conforment à la volonté de Dieu. Cette volonté de Dieu est claire : que l’homme vive et soit heureux. Et le bonheur c’est d’aimer et d’être aimé. Les craignant Dieu ne sont donc pas nécessairement ces leaders politiques qui se transforment en pasteurs ou qui fréquentent les Eglises en donnant des offrandes consistantes pour s’acquérir un électorat.

Enfin des hommes surs et incorruptibles, c’est-à-dire des hommes qui sont vrais, sur qui on peut compter ; des hommes qui ont le sens de la parole d’honneur et qui respectent leur signature ; des hommes qui ne se laissent pas corrompre et qui ne corrompent pas les autres pour obtenir leur adhésion ; des hommes qui ne sont pas constamment à la recherche de l’argent des autres (c’est-à-dire des mendiants) au nom de la solidarité internationale.

Le second texte que je propose est celui d’un politologue camerounais, Samuel Eboua, qui dans l’épilogue de son livre « interrogation sur l’Afrique noire » dit ceci :

« l’Afrique du troisième millénaire a besoin d’hommes d’actions pénétrés de l’intérêt supérieur de l’Etat, des hommes tolérants, rassembleurs, mais intraitables lorsqu’il s’agit de défendre l’intérêt général, des hommes et femmes qui n’aiment pas le pouvoir pour le pouvoir, mais pour qui ce dernier ne constitue qu’un instrument leur permettant de réaliser leur idéal au profit de la communauté nationale et qui sont capables de s’en dessaisir dès lors que, pour une raison ou pour une autre, ils estiment ne pas être en mesure de réaliser cet idéal. Tant que l’Afrique ne se procurera pas de tels responsables, elle piétinera. Ces hommes et ces femmes, bien que rares, ne sont pas complètement absents du continent.»


Extrait de EBOUA, S., Interrogation sur l’Afrique noire, Ed. L’Harmattan, paris, 1999, p. 177.

Toutefois, il importe de dire que ces leaders dont nous venons de tracer le profil et qui peuvent contribuer à la reconstruction de notre pays doivent venir de nos familles, de nos écoles, de nos églises, de nos associations de la société civile et de nos partis politiques. Tous ces milieux sociaux doivent devenir des écoles de formation d’un leadership politique nouveau, de grande valeur morale qui se conforment à l’éthique politique.

Avec AMBIKA ARSENE Baseme