Le SG de l’ONU déplore la dégradation de la situation sécuritaire au Mali

Image martyrs de l'indépendance
La RD Congo commémore ses martyrs de l’indépendance de 1959
January 5, 2021
image après réunion du CTJ-Fizi
FIZI: le CTJ fait l’État de lieu de sa structure et s’engage pour 2021
January 5, 2021
Crédit, Mali Crisis

Mali Crisis

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, se dit préoccupé par la détérioration de la situation sécuritaire au Mali. Dans un rapport trimestriel récemment remis au Conseil de sécurité, le chef de l’ONU se veut « préoccupé par la situation sécuritaire instable et en détérioration dans le centre et le nord du Mali ».

« J’exhorte les miliciens, les mouvements extrémistes violents et les autres groupes armés à cesser immédiatement la violence et les activités de déstabilisation du Mali », indique-t-il.

Il déplore en particulier  l’absence de progrès significatifs, les attaques ayant visé des Casques bleus, les crimes contre les soldats de la paix qui contribuent aux efforts de stabilisation de la situation au Mali, dans un contexte sécuritaire très difficile.

Et d’ajouter, au cours de ces trois derniers mois, « la situation en matière de sécurité a continué de se détériorer, en particulier dans le Centre, dans le Nord, ou les groupes extrémistes violents sont restés actifs » Relève Antonio Guterres dans son rapport

Paradoxalement, il note au cours de cette période une réduction du nombre d’attaques contre les civils, due selon lui à une diminution de la mobilité pendant la saison des pluies, à l’augmentation du rythme des opérations de la Minusma (force de Casques bleus), et à une série d’efforts de médiation locaux appuyés par la Mission » de l’ONU.

La Minusma compte actuellement environ 14.500 militaires et policiers déployés au Mali. Outre les unités nationales maliennes, trois autres forces sont actives dans ce pays pour y améliorer la sécurité: la française Barkhane (d’où étaient issus les cinq militaires tués en moins d’une semaine), la mission européenne Takuba constituée de forces spéciales, et la coalition militaire G5 Sahel formée de soldats issus de cinq pays du Sahel (Mali, Niger, Tchad, Mauritanie, Burkina Faso).

Jeannette Namwezi

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *