Scoutisme au monde : perception d’une fraternité mondiale réussie

Denis Mukwege et les femmes congolaises
Denis Mukwege – Anniversaire anticipé : le réparateur des femmes est né le mois de la femme
February 22, 2021
image kalev mutond
RDC : KALEV MUTOND, clame la protection spéciale des agents de l’agence nationale de renseignement
February 22, 2021
Malinois et son jeune frère scout

Malinois et son jeune frère scout

Le scoutisme (de l’anglais scout, mot signifiant, à l’origine, éclaireur, lui-même issu de l’ancien français « escoute » signifiant écoute est un mouvement de jeunesse mondial créé par Lord Robert Baden-Powell, un général protestant britannique à la retraite, en 1907, à Brownsea. Aujourd’hui, le scoutisme (comprenant les guides, les éclaireuses et les éclaireurs) compte plus de 40 millions de membres dans 217 pays et territoires, de toutes les religions et de toutes les nationalités, représentés par plusieurs associations scoutes au niveau mondial.

Le scoutisme est un mouvement de jeunesse reposant sur l’apprentissage de valeurs, telles que la solidarité, l’entraide et le respect.

Son but est d’aider le jeune individu à former son caractère et à construire sa personnalité tout en contribuant à son développement physique, mental et spirituel. Pour atteindre cet objectif, le scoutisme s’appuie sur des activités pratiques dans la nature, mais aussi des activités en intérieur, destinées plutôt à un apprentissage intellectuel.

Le scoutisme s’appuie sur une loi et une promesse et a généralement une dimension religieuse ou spirituelle.

Les membres sont appelés « scouts » (suivant le terme anglais international d’origine) ou parfois « éclaireurs » (sa traduction) dans les pays francophones. Au sens strict, ces termes désignent les jeunes garçons âgés de 12 à 17 ans. Au sens plus large, les encadrants, les animateurs ou les anciens membres sont des scouts, ou « restent des scouts dans l’âme ». Le « scout » est connu du public par le port d’un foulard et d’une tenue plus ou moins complète.

Le guidisme est l’équivalent féminin catholique du scoutisme. Le mouvement féminin autre est celui des éclaireuses. À partir des années 1950, certains mouvements scouts ont fait le choix de la mixité (ou « coéducation ») dans les unités, tandis que d’autres conservent aujourd’hui des unités ou troupes exclusivement masculines ou féminines.

Qui est Baden-Powell ?

image de Baden powel a son jeune âge

Robert Stephenson Smyth Baden-Powell of Gilwell, surnommé « BP » ou Lord Baden-Powell, est né le  février 1857 dans le quartier de Paddington à Londres. Il est né dans une famille de neuf enfants du révérend Baden-Powell, professeur de mathématiques à l’université d’Oxford, et d’Henriette Grace Powell. Il est prénommé Robert Stephenson Smyth, du nom de son parrain Robert Stephenson (fils de George Stephenson), et de ses grands-parents maternels (dont l’amiral William Henry Smyth, qui est aussi géographe et astronome). Son père meurt alors qu’il n’a que trois ans. Un de ses frères, Baden Fletcher Smyth Baden

Powell, sera un inventeur, connu notamment pour son vélo pliable, un cerf-volant opérationnel en TSF et un projet de télévision

Baden-Powell fait ses études à Charterhouse, collège réputé pour sa discipline. Baden-Powell est un adepte de l’école buissonnière et se cache régulièrement dans le bois derrière l’établissement scolaire. Il y développe son sens de l’observation. Ses frères l’emmènent régulièrement explorer la campagne, camper et naviguer.

Il n’a jamais été un très bon élève et rate ses examens d’entrée à l’université. Il se présente alors à l’école militaire et obtient la seconde place au concours d’entrée, à dix-neuf ans (1876).

Il intègre le 13e hussards, un régiment de cavalerie, et est dispensé de suivre les stages de l’école d’officiers. En 1877, il est envoyé comme sous-lieutenant en Inde (alors colonie britannique). C’est pendant ses loisirs qu’il s’intéresse plus particulièrement au travail des éclaireurs, et qu’il se rend compte de leur importance dans les opérations militaires.

À l’âge de vingt-six ans, il est promu capitaine. Son régiment est déplacé en Afrique du Sud, où il a l’occasion d’entrer en contact avec des « éclaireurs » indigènes pour lesquels il a beaucoup d’admiration. Il se perfectionne ainsi dans l’art de l’approche et de l’exploration. C’est en Afrique qu’il a pour la première fois la possibilité de former des éclaireurs militaires selon ses méthodes : il les forme en petites unités ou patrouilles, chacune sous les ordres d’un chef, et attribue aux plus méritants un insigne dont le dessin s’inspire du point Nord de la boussole, très similaire à ce qui deviendra le badge du scoutisme mondial.

Au Congo et plus particulièrement au Sud-Kivu se mouvement se porte bien et encadre plusieurs tranchent d’âges qu’ils amènent à découvrir leurs talents et les potentialités de tous

image du groupe scout de la paroisse ste therese de Burhiba au Sud-Kivu

Rédaction pamojardcongo.net  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *