Home Education RDC : L’école, pilier important de la conscientisation de l’homme congolais (tribune de Pascal Marhegane)
mai 6, 2021

RDC : L’école, pilier important de la conscientisation de l’homme congolais (tribune de Pascal Marhegane)

Image de Pascal M

Nous avons dans un premier texte avancé l’idée d’une conscientisation du compatriote congolais, pour sauver  tant soit peu la situation d’irresponsabilité dans laquelle nous sommes tous pris d’assaut.

Il est sans doute question de se demander si dans le malheur du congolais, je n’ai pas de part ? Car facilement tout le monde rejette la responsabilité aux autres, comme si lui-même était saint. Pourtant, nous avons dit que chacun d’entre nous a une part et pas la moindre dans le mal Congolais. C’est pourquoi, nous tentons de réveiller nos compatriotes sur leur rôle et ce que chacun doit faire pour une vie acceptable en ce 21ème  siècle.   Nous avons dit que la famille était la base de la société et à ce titre, elle devait jouer son rôle d’encadrement de ses membres. Les enfants sont comme des vases vides que nous recevons et devons remplir. 

Mais nous parents de quoi remplissons-nous ces vases, dons de Dieu que nous recevons. Une mère honorable a dit un jour que si vous voulez changer la société, rentrez chez vous en famille et faites ce qui est votre devoir (père, mère, enfants, parents,…)

L’enfant apprend dans sa famille le sens du bien, du bon, du vrai, du correct, du bien commun, du patriotisme, de l’amour,…Et  ces valeurs se complètent par l’école. De tous les temps, l’école est une nécessité. Malheureusement, certaines personnes la prennent comme un luxe, d’autres comme une unité de production des ressources financières au même titre qu’une maison de commerce. C’est ce qui justifie la multiplicité d’écoles privées chez nous. Ne cherchez même pas à savoir le niveau des promoteurs de ces écoles. C’est pitoyable.

N’a-t-on pas dénaturé la mission première de l’école ? Les enseignants ne sont-ils pas devenus des mercenaires à la recherche des moyens financiers que malheureusement ils n’attrapent pas? Peut-on encore parler d’éducateur au vrai sens du mot? C’est à l’école que l’on forme le citoyen c’est à dire cet homme consciencieux, plein de civisme, de citoyenneté et de sens de responsabilité. Mais  hélas! Ça n’étonne plus personne que parmi les » kuluna », l’on compte des diplômés mêmes des études supérieures,…, parmi les voleurs, les détourneurs, les violeurs,…, de grands diplômés. Qu’apprend-on à l’école aujourd’hui ?

L’école, l’école,…est-ce encore un souci pour nos dirigeants ? Quelle est la couverture scolaire dans notre pays? Combien d’enfants fréquentent-ils l’école ce jour? Que pouvons-nous attendre de ces milliers de compatriotes qui ne savent ni lire, ni écrire et qui n’ont appris aucun métier ? Quand un homme peut sectionner à cœur joie le bras de son compatriote ; à qui le comparerons-nous?

Qu’enseigne-t-on à l’école ? N’est-ce pas, que nos programmes scolaires n’ont de base que dans la copie des programmes métropolitains ? (belge, français,…).Si les autres pays du monde se développent par les petites et moyennes entreprises, chez nous tout diplômé ne rêve qu’être bureaucrate. Et la politique nationale de petites et moyennes entreprises les favorise-t-elle ?

Un ami italien me disait un jour que nous n’avançons pas parce que nous enjambons, nous sautons les étapes nécessaires et obligatoires.

Par exemple, alors qu’on ne sait pas manier un téléphone à touches, on achète un Android de plus de 100 dollars. Et cela est vrai même dans le comptage : un, trois, six,…on saute deux, quatre, cinq,…et à un certain niveau on est bloqué

Nous sommes devant le danger d’être en face des universitaires « illettrés ». Quelle est la qualité de notre école et de ses fruits. Quelle production peut-on attendre d’un homme déformé plutôt que formé ? La tricherie, l’irresponsabilité, le vol, la corruption,…si quelqu’un a réussi ces études par la corruption, par quelle magie vous le convaincrez que la corruption est un vice et est interdite. Les exemples sont légion. L’école au lieu d’enseigner les valeurs communique les antivaleurs. C’est dommage.

Ma préoccupation est que les autorités de l’État renvoyant l’adéquation de nos écoles, de notre enseignement et de ce que l’on doit apprendre à la jeunesse. C’est à l’école que l’on apprend à être citoyen, futur responsable à tous les niveaux de la vie (privée, communautaire, étatique,…) C’est à l’école que l’on apprend le civisme, le patriotisme, le respect du bien commun, l’amour du prochain et du pays. Mais hélas !

Nous croyons, que ce que nous disons n’est qu’une piste de réflexion. Nous invitons chacun d’entre nous à réfléchir sur ce qu’est devenue l’école chez nous et de proposer de pistes de sortie de la destruction de notre société.

N’y a-t-il pas moyen de mettre dans nos programmes scolaires, une formation de l’éthique ; spécialement dans nos universités et études supérieures ?

Nous proposons qu’une réforme de notre enseignement soit envisagée afin d’inclure dans les programmes scolaires et académiques « L’éthique »

Tribune de Pascal Marhegane avec Pamoja Rdcongo.net