Home Journées internationales Bukavu: Le CRESS-UEA et La Benevolencija dans une conférence sur le vivre ensemble dans la région de grands lacs
mai 21, 2021

Bukavu: Le CRESS-UEA et La Benevolencija dans une conférence sur le vivre ensemble dans la région de grands lacs

photo de famille après conférence

A l’occasion de la commémoration de la journée internationale du vivre ensemble célébrée le 16 Mai de chaque année ; L’organisation non gouvernementale « la Benevolencija grands lacs » et le Cercle de Recherche  des étudiants en Sciences sociales de l’Université Evangélique en Afrique se sont réunis ce jeudi 20 mai 2021 en conférence-zoom avec des étudiants du Rwanda pour statuer sur « la problématique du vivre ensemble en paix entre les communautés du Sud-Kivu et les défis de la manipulation identitaire dans la région de grands lacs ».

Cette activité ayant fait intervenu nombreux scientifiques et organisations Non Gouvernementales comme Dycod, terre de paix, AJSP, Cocorico, Capg, adepae et le CPJ a été émouvante suite aux interventions diverses des orateurs et participants et à la projection  de la vidéo montrant les grands moments du dialogue intercommunautaires sur la paix dans les hauts, moyens plateaux de Fizi,Uvira et Itombwe tenue à Kinshasa le 31 mars 2021.

Le territoire éthique et le territoire étatique 

Prenant la parole pour la première intervention, le professeur Bosco Muchukiwa a montré comment  le territoire ethnique et le territoire étatique seraient  deux concepts; sources des conflits dans les moyens et hauts plateaux de Fizi, Mwenga et Uvira. Le territoire étatique n’est pas a confondre avec le territoire ethnique, ce dernier est une communauté sans inscription territoriale pérenne qui occupe de terres par moment suite à une mobilité fréquente. Une famille, un lignage, un clan, un royaume et un empire sont des territoires ethniques  par manque des limites fixes et le pouvoir était fondé sur des liens des parentés.

En revanche, un territoire étatique est habité par des populations qui se trouvent sur un espace bien borné avec des limites fixes, précises et y développe un lien territorial durable. La population est soumise à une souveraineté unique.  Ainsi les réclamations des territoires ethniques et celles étatiques différencies. 

 Dans cette intervention il a montré la différence entre ces deux terminologies qui prête à confusion dans la réclamation des territoires.

Dans le groupement de Basikasingo dans le secteur de lulenge, les babembe et les babuyu se disputent la propriété, l’appartenance et l’exercice du pouvoir coutumier traditionnel, ainsi nous trouvons que chaque ethnie nourrit le sentiment de chasser l’autre même si c’est à tort ou à raison. Les contestations de l’existence du territoire de minembwe et de la commune rurale de minembwe qui sont deux entités administratives et territoriales récentes instituées et reconnues par la loi moderne. Les babembe et les banyamulenge s’opposent à ce sujet  jusqu’à développer des milices pour l’auto-défense et l’intégrité territoriale, pour la protection des membres de leurs ethnie et de leurs biens.  

Toutes les ethnies doivent-elles avoir les territoires ethniques pour vivre ensemble en paix?

Le territoire congolais appartient-il à qu’elle ethnie ?

Comment développer le vivre ensemble en paix en RD Congo et dans la région de grands lacs ?    

En termes d’alternative, l’orateur a propose que l’on travaille sur la restauration effective de l’autorité de l’état et la consolidation des relations entre les communautés vivant dans la région des grands lacs. Recommande  le professeur Bosco Muchukiwa.

Les discours et messages d’incitation à la haine

En termes de la deuxième intervention, Mr Roland Safari du Bureau Conjoint des Nations Unies pour les droits de l’homme nous a présenté une réflexion sur les discours et messages d’incitation à la haine qui nous a éclairés sur les éléments qui concourent aux discours de haine et messages d’incitation à la haine.

En précision, il a insinué qu’il y a un cadre juridique qui existe et qui couvre et protège les communautés contre les messages de haine et d’incitation à la haine. Il s’agit de la constitution de la RDC et la convention internationale sur l’élimination de toute forme de discrimination. Le discours ou messages de haine possède une diffusion d’idées, une incitation à la discrimination raciale, acte de violence ou de provocation, assistance, propagande et organisations pour une réplique. Renseigne Roland Safari du Bureau Conjoint des Nations Unies pour les droits de l’homme

La diversité culturelle et le vivre ensemble dans la région de grands Lacs

La diversité culturelle et le vivre ensemble concourent aux facteurs qui peuvent mettre fin à ce cycle de violence dans la région de grands lacs. Depuis bien longtemps les tribus et ethnies vivaient des bonnes relations  mais cela ont été détruit par des remords sombre que laissent certains tireurs de ficelles par des conflits et violences à répétition dans la région des grands Lacs. En outre nous devons sensibiliser la population à la tolérance et le vivre ensemble pour espérer bâtir un monde pacifique.  précise King Ngoma de la Benevolencija Rwanda.

Des engagements pris dans ces assises ;

– Ouvrir un cadre de conscientisation sur le vivre ensemble en paix entre les membres des communautés de la province du Sud-Kivu en général et dans les hauts et moyens plateaux d’Uvira, Fizi et Mwenga en particulier

– S’approprier les acquis du dialogue intercommunautaire sur la paix dans les plateaux de Fizi, Uvira et Itombwe tenue à Kinshasa le 31 mars 2021.

– Vulgariser les acquis de cette activité en organisant une journée porte ouverte avec les élèves des écoles secondaire pour les outillés sur le vivre ensemble dans la paix.

– vulgariser à travers le site internet du CRESS-UEA le rapport et vidéo de cette activité pour un appel pathétique de vivre ensemble pour la paix

– Partager dans nos exposés hebdomadaires le rapport de cette activité avec les camarades étudiants qui n’ont pas participé à cette assise. Engagement pris par Baganda Irenge jean Pierre coordonnateur du CRESS-UEA et Joella SAMBO présidente du Conseil Provincial de la Jeunesse du Sud-Kivu.       

Notons que cette activité a été organisée par les étudiants de la faculté de sciences sociales via le CRESS-UEA représenter par son cordonnateur Baganda Irenge jean Pierre dans le cadre de la commémoration de la journée internationale de la diversité culturelle appuyé par la Benevolencija grands lacs.

Rédaction Pamojardcongo.net