La République Démocratique du Congo ne sera pas jugée par ceux qui font le mal, mais par ceux qui regardent le mal sans rien faire, estiment les forces vives de la province du Sud-Kivu. C’est sous cette quête que ce Mardi 26 octobre 2021, la population en collaboration avec toute les faitières de la société civile, est descendue dans les rues de Bukavu.

Dans un mémorandum adressé au chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi et déposé entre les mains propres du Gouverneur de Province, Théo Ngwabindje Kasi, ces manifestants disent non à la distraction politicienne plongeant les élèves dans une délinquance excessive suite à l’absence de la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement primaire. Ils déplorent également la surtaxation illégale du R.A.M.

A cette occasion, la société Civile du Sud-Kivu, la Nouvelle Dynamique de la Société Civile, les associations des parents du Sud-Kivu ont exigé la reprise d’urgence et sans délai des activités scolaires sur toute l’étendue de la République, sous peine de la provocation d’une désobéissance civile dans les jours qui viennent.

« Nous, comité des Parents des élèves du Sud-Kivu, la Société Civile Bureau de Coordination, la Nouvelle Dynamique de la Société Civile Cunvi ya Congo, Réveil des indigné ; exigeons au Président de la République et au Gouvernement la reprise sans condition des activités scolaires ce lundi 1èr Novembre 2021 avec une mise en œuvre effective de la gratuité sans aucune discrimination car il n’y a pas un enseignement spécifique pour les enfants des riches ou de pauvres, tous les enfants congolais sont égaux en dignité et en Droit ; » peut-on lire dans un mémoradum lu par Monsieur Adrien Zawadi, président de la Société Civile du Sud-Kivu.

Par ailleurs, dans une lettre ouverte adressée aussi au Président de la République, lue par Maître Jean Chrysostome Kijana, Président Nationale de la Nouvelle Dynamique de la Société Civile, la population du Sud-Kivu demande au chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, de s’impliquer non seulement à l’annulation de la taxe R.A.M, au grève des tous le personnel Judiciaire et des infirmiers, mais aussi de suspendre ses voyages budgétivores à l’étranger du Pays.

« Les peuples d’abord demandent au Président de la République Monsieur Felix Tshilombo de s’impliquer dans la suppression pure et simple de cette taxe jugée illégale dite RAM qui ne laisse à paupériser les citoyens congolais sans aucune conséquence positive sur la population, qu’il s’implique davantage dans les levés immédiats des grèves des agents du personnel judiciaire et des infirmiers, nous leur demandons de promouvoir les voyages de cohésion constructive à l’intérieur de la RDC et d’arrêter ses multiples voyages à l’étranger car ils sont budgétivores à la nation ; » demande Chrysostome Kijana, Président National de la NDSCI.

Cette marche a eu comme itinéraire, la place Muzihirhwa de Nyawera jusqu’au cabinet du Gouverneur à Labotte, en commune d’Ibanda.