Après la lettre de l’association des vendeurs de souliers plastics (AVSPLA) adressé à la direction genéral des impots au Sud-Kivu (DGI\SK), par rapport à l’augmentantation de l’impôt professionel sur les revenues(IPR), une matinée fiscale organisée par la DGI s’est tenue ce 26 janvier 2022, à Bukavu, dans l’objectif de donner les élements de réponses aux revendications d’AVSPLA.

A en croire Kajeje Kwigomba, présient d’AVSPLA, les vendeurs de souliers en plastique dennoncent la double taxation, alors qu’ils sont de gagne-petit à faible capitaux:

« Nous sommes des exploitant individuel et nous payons l’IPR de 2000fc à la DGI sur une liste commune,cependant la DGI nous prouve que,chaque personne doit payer ses impots individuelement à la CADECO, toutefois en tant que syndicaliste, on a jugé bon de ne pas payer cet argent à la CADECO, car comment expliquer que quelqu’un peut payer 2000fc comme impôt et qu’on lui impose un autre impôt de 5000fc à la CADECO pourtant nous sommes de gagne-petit, » a dennoncé le président d’AVSPLA.

Par ailleurs, notre source à fait savoir que, si rien ne fait ils useront de tous les moyens possible pour obtenir gain de cause, surtout que le chef de l’Etat a placé l’homme au centre de ses actions avec comme slogan ; « le peuple d’abord ».

Pour rappel, cette matinée fiscale à mis sur la même table, les responsables de la DGI, les membres d’AVSPLA et les acteurs de la societé civile.