Le réseau des populations autochtones et locales pour la gestion durable des écosystèmes forestiers en République Démocratique du Congo « REPALEF-RDC » a ténue une réunion de consultation des peuples autochtones pygmées riverains du Parc National de Kahuzi Biega « PNKB » sur le conflit des organisations œuvrant pour eux, ce 13 mars 2022 à l’hôtel Mont Kahuzi à Bukavu chef-lieu de la province du Sud-Kivu à l’est de la République Démocratique du Congo.

À cette occasion a été pour les représentant de peuples autochtones de différents territoires et axes d’apporter leur soutien indéfectible au « REPALEF-RDC » , sous la présidence du point focal madame Espérance Binyuki, coordinatrice nationale de l’union pour l’émancipation de femmes autochtones « UEFA » et dénoncer à travers une déclaration rendue publique ; les manipulations de Donatien Munyali ancien président du Réseau des Associations Pygmées « RAPY », contenu dans une déclaration adressé au directeur général de l’ICCN, visant à diviser les communautés et les organisations autochtones pygmées et accompagnatrices et annihiler tous les efforts consentis depuis longtemps afin d’ améliorer leur condition de vies par le gouvernement congolais ainsi que les partenaires techniques et financiers

À en croire madame Espérance Binyuki, coordinatrice nationale de « UEFA » ; cette rencontre avec les représentants des différentes organisations des peuples autochtones de différents territoires et les représentants des organisations PA et accompagnatrices membre de REPALEF-RDC avait pour objectif d’éclairer la lanterne de l’opinion tant nationale qu’internationale sur les mensonges entretenues par Donatien Munyali contenues dans sa déclaration en mettant les noms et les signatures des personnes qui n’ont jamais participées dans ses réunions ,qui n’ont jamais vue sa déclarations fantaisistes .C’est le cas du numéro 8 Placide CIKOMA, leader pygmée du village de Nyandela ; du numéro 10 Shauri MULIMO femme leader pygmée du village de Lukungula tous du territoire de Kaelehe, qui ont décidé d’intenter une action judiciaire contre Donatien MUNYALI KACHIBAASA pour faux et usage de faux de leur signatures pour ne citer que cela. Mais également dénoncer la manipulation des femmes et jeunes PA par Donatien Munyali, les faisant croire venir participer à la journée internationale de la femme du 08/03/2022 et par la suite, en le détournant pour présenter un mémorandum à l’autorité provinciale, incriminant les véritables ONG qui accompagnent et plaident pour les causes de développement socio-économique politique et culturel de peuples autochtones.

Dans cette déclaration lue par leur porte-parole Isaya Mutangire, ces peuples autochtones réfutent toutes les fausses allégations portées sur les organisations membres du RAPY UEFA, CAMV ARAP, SIPA, APDMAC et l’usurpation de qualité comme président du RAPY par monsieur Donatien Munyali Kachibaasa, désavoué dans l’assemblée générale du 30octobre 2021 et du 15 janvier 2022 par la majorité de membres :

« nous rejetons avec la dernière énergie toutes les déclarations contenues dans la correspondance du 04/02/2022 et du 07 mars 2022 consécutivement adressées au Directeur Général de L’Institut Congolaise de la Conservation de la Nature (ICCN) à Kinshasa et à son excellence monsieur le gouverneur du Sud-Kivu avec copie aux différentes autorités du Pays, organisation nationales et internationales aux fins de diviser les membres des communautés pour des intérêts inavoués ;nous rejetons avec force, toute association, ONG ou toute personne physique qui chercherait à amener les germes de la division au sein de notre communauté et encourageons les ONG, les ASBL ou toute personne physique qui œuvreraient pour la cause et le développement des PA partout où ils se trouvent en RD Congo » a fait savoir Isaya Mutangire.

C’est pourquoi les peuples autochtones ; demandent aux autorités provinciales et nationales ainsi qu’aux ONG internationales à ne pas tenir compte des diffamations, des accusations infondées proférées à l’égard des ONG membres du REPALEF qui ont toujours travailler pour les intérêts et le développement des PA.

Signalons que Donatien Munyali, ancien président du Réseau des Associations des Pygmées (RAPY) dans sa lettre adressé au DG de l’ICCN à Kinshasa et autres partenaires, a fait savoir qu’il n’y a jamais eu un impact positif par rapport à l’épanouissement des pygmées depuis plus de 25 à 30 ans que UEFA de Madame Espérance Binyuki Nyota, CAMV de Monsieur Pacifiques Mukuba, ARAP de Julien Basimika Enamiruwa, SIPA de Amuli Mwanuka, APDMAC de Herman Tuteene Kusimwerayi, une affirmation que les peuples autochtones pygmées riverains du Parc National de Kahuzi Biega ont niés et rejetaient en bloc, tout en demandant au REPALEF-RDC et toutes ses organisations membres de continuer dans leur plaidoyer pour le respect du cahier du charge du gouvernement congolais, en vue d’améliorer les condition socio-économique, politique et culturel.